Écouter la musique de Mariano Garau on s'abstrait du monde, on se plonge avant tout dans la prière ; on entre ainsi en contact avec cette sphère spirituelle mystérieuse, intangible et collective, ressentie par tout être sensible.

C'est précisément pour ces raisons que dans "O magnum mysterium", une pièce compacte et essentielle, l'auteur utilise un langage simple mais non banal pour décrire l'un des moments cruciaux de la liturgie chrétienne. Aucune virtuosité inutile, aucune distraction contrapuntique pour détourner la contemplation et l'émerveillement devant le plus grand des mystères : la naissance de Dieu du corps de la Vierge Marie. La progression douce et homorythmique entre les voix favorise un regard d'extrême tendresse sur le petit garçon.

"Chœur des Dames de la Ville d'Aoste